Saint Alexandre

Découvre l'histoire des papes de l'église copte orthodoxe.

En ce jour de l’an 44 des martyrs (328 après Jésus Christ) décéda saint Alexandre 1er , le 19ème patriarche de la prédication de saint Marc. Ce pape naquit à Alexandrie de parents chrétiens et il fut ordonné lecteur par le pape Maxime. Plus tard le pape Théonas l’ordonna diacre ensuite il fut ordonné prêtre par le pape Pierre.

Après le décès du pape Achille, ce père fut élu patriarche et il fut intronisé le 3 Apip 28 des martyrs (312 après Jésus Christ). Arius qui convoitait le siège patriarcal, s’irrita. Ensuite, il tenta de se faire absoudre de l’anathème qu’avait prononcé le pape Pierre à son encontre. Néanmoins, saint Alexandre répondit à ses émissaires : « Mon père le pape Pierre m’a recommandé de ne jamais recevoir Arius. Qu’il se repente du mal qu’il a fait et lorsque le Sauveur aura accepté sa repentance, il me ferra un signe pour que je l’absolve. »

Mais Arius persévéra dans sa déviance, alors Alexandre réunit un concile pour l’entendre. Ce concile décida de lui adresser un blâme sévère. Toutefois, Arius ne tira pas profit de cet avertissement, en conséquence, le pape réunit un autre concile regroupant 100 évêques qui l’excommunia à l’unanimité sauf deux évêques venant de Lybie. Le conflit entre Alexandre et Arius se prolongea car ce dernier avait renié la Divinité du Christ et qu’il avait diffusé son hérésie dans des hymnes et des chants. Grâce à son éloquence et sa malice, celui-ci attira à ses thèses Eusèbe, l’évêque de Nicomédie.

Quant au pape, il réunit divers concile à travers toute l’Egypte et écrivit plusieurs lettres à ce sujet. Il conclut cela par une lettre encyclique qu’il construisit autour de l’introduction de l’Evangile de saint Jean : « Au Commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.[6] » Puis il demanda aux évêques d’approuver le contenu de cette lettre en la contresignant comme l’avait déjà fait les évêques d’Asie, de Syrie et de Lybie. Un grand nombre d’entre eux apposèrent leur signature. En conséquence, Eusèbe convainquit Constantin d’écrire au pape d’Alexandrie pour lui demander d’absoudre Arius. Celui-ci refusa et envoya une lettre à l’évêque de Byzance, Alexandre, dans laquelle il expliquait la Foi orthodoxe. Cette lettre est connue sous le nom de tome d’Alexandre. Elle fut contresignée par les évêques d’Egypte, de Cappadoce, de Pamphylie et d’Asie au nombre de 250.

Comme le conflit prenait de l’ampleur, Ossius, évêque de Cordoue en Espagne, fut chargé par l’empereur d’y mettre fin mais il ne put pas y parvenir. Il se mit d’accord avec le pape pour convoquer un concile œcuménique qui se tint à Nicée et auquel 318 évêques prirent part. Ce concile décréta d’exclure Arius du clergé. Il rédigea aussi l’Acte de Foi ainsi que d’autres règles. Enfin, il définit aussi les dates du Carême de la fête de Pâques et régla d’autres litiges.

Après l’achèvement du concile, le pape Alexandre revint vainqueur à son siège. Il prit soin du troupeau du Christ de la meilleure des manières puis décéda en paix après avoir siégé sur le trône de saint Marc pendant quinze ans, neuf mois et vingt jours.

Poser une question

Si vous avez une question, quelque chose que vous ne comprennez pas ou une suggestion pour le site informez-le en remplissant ce formulaire !